L’enquête continue / The investigation is going on

From Berlin where I am currently working at the CIL achives, a very important note from Charles Boëll discovered in Autun, in the archives of the Société Eduenne.

Depuis Berlin où je travaille sur les archives du Corpus des Inscriptions Latines, l’enquête sur le destin de l’inscription continue. J’en profite pour  donner ici la retranscription d’un document essentiel pour le projet, retrouvé dans les archives de la société éduenne, grâce à la diligence d’André Strasberg. Il s’agit d’une note de Charles Boëll qui concerne la redécouverte des fragments de l’inscription en juillet 1909, certainement dans le contexte tourmenté des inventaires intervenus au lendemain de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Les fragments se trouvaient alors abandonnés, en piteux état, sous un escalier de l’ancien palais épiscopal. On apprend dans ce document les tentatives de remontage du document entreprises par Henri Graillot, ancien membre de l’Ecole française de Rome. Je reviendrai sur cet historien qui a donné son nom à une rue de Toulouse dans un prochain billet.

Archives de la Société Eduenne, série K 14, Charles Boëll, Notes et correspondance, dossier n°13 (14/07/1909).

(feuillet 1, recto)14 juillet 1909,

La Société Eduenne possède depuis très longtemps, sans que rien constate la date ou les circonstances de cette acquisition, les fragments nombreux d’une importante inscription latine sur marbre blanc. M. De Charmasse se rappelle l’avoir vue et en avoir entendu conférer dès 1860 environ ; M. Bulliot savait qu’elle avait été découverte dans le quartier Marchaux, mais sans pouvoir préciser l’endroit exact. La forme et la dimension des lettres (à peu près 0m,025 de hauteur) semblent dater l’inscription du IIe siècle. En raison de la quantité et de l’aspect des fragments, on peut raisonnablement se croire en présence d’un document important, édit impérial ou décret municipal, détruit intentionnellement, c’est-à-dire brisé à coups de marteau et enfoui, à une époque de changement dans la politique intérieure de l’empire. Le dernier essai de reconstitution tenté par notre compatriote et collègue Henri Graillot, ancien élève de l’école française de Rome et chargé du cours d’histoire de l’art à l’université de Toulouse, l’avait seulement assuré à conclure que nous ne possédions qu’une partie des fragments de cette inscription et qu’il resterait impossible de la reconstituer même imparfaitement. Or, (feuillet 1, verso) ces jours derniers, comme je m’occupais avec Valat de relever les plans de l’ancien palais épiscopal où l’on s’apprête à installer le musée de la Société d’histoire naturelle, nous avons découvert, sous le petit escalier de bois conduisant aux combles de la Tour saint Léger, un monceau de plusieurs centaines de petits fragments de marbre, identiques par leur aspect, leur épaisseur, la forme et la dimension des lettres, à ceux déjà déposés à l’hôtel Rolin. Plusieurs morceaux étaient approchés et collés les uns aux autres avec de la colle forte, ce qui indique un travail commencé de restitution et explique leur présence en cet endroit. L’abbé Devoucoux, ancien secrétaire puis président de la Société Eduenne, alors qu’il était vicaire général d’Autun, avait dû faire transporter tous les débris de l’inscription dans les salles des archives de l’évêché, au troisième étage de la Tour saint Léger, pour les étudier à loisir ; lorsqu’il a quitté Autun pour l’évêché d’Evreux, en 1858, on n’aura rendu à la Société Eduenne qu’une partie de ces fragments ; le reste, oublié puis retrouvé plus tard, probablement lors du déménagement des archives et de leur transfert à Mâcon, en 1883, aura été poussé dédaigneusement sous le petit escalier joignant la salle, où nous les (feuillet 2, recto) avons aperçus par hasard. Nous en avons aussitôt rempli nos portefeuilles et, en trois voyages, leur avons ainsi fait rejoindre à l’hôtel Rolin les compagnons dont ils se trouvaient séparés depuis quelques cinquante ans. Souhaitons qu’on refasse d’autres découvertes semblables. Car, aujourd’hui, deux points seulement semblent à peu près acquis, c’est que : 1°. l’inscription a été découverte dès avant le milieu de l’année 1858, puisque l’abbé Devoucoux en avait à cette époque de nombreux fragments entre les mains ; 2°. elle ne peut pas encore actuellement être reconstituée intégralement, puisqu’on ne possède que quelques rares petits morceaux de la bordure qui encadre le texte.

Sur cette inscription et sur le lieu de sa découverte en 1839 puis en 1846, voir : le journal l’Eduen du 17 mars 1839 et du 20 septembre 1846, – la nouvelle édition de l’Histoire de l’antique cité d’Autun par Edme Thomas, p. 134, – Mémoires de la Société Eduenne, tome Ier (année 1872), p. 388. – V. encore l’Eduen du 21 avril 1839.