M. Machin, radin / Mr Thing, skinflint

Pour le premier article de la rentrée, une photographie des archives de la Société éduenne, qui nous a été gracieusement transmise par André Strasberg, que nous remercions. Il s’agit d’un extrait du journal l’Eduen (encore…), du 21 avril 1839. Il ne nous apprend pas grand chose sur l’inscription de Marchaux, mais est très révélateur de la vénalité de M.Machin… La photo est de bonne qualité, je vous souhaite bonne lecture. Les édiles d’Autun apprécieront la formule finale….Inscription de Marchaux

Nouvelles d’Autun, mars 1839 / News from Autun, march 1839

News associated to the informations concerning the inscription in l’Eduen (1839/03/17). Dead bodies, drunk people and car crashes...

Pour la curiosité, les faits divers du 17 mars 1839 rapportés avec une minutie étonnante par le journaliste du journal l’Eduen, dans les paragraphes qui suivent la relation de la découverte de l’inscription. Extraits choisis :

Après l’évocation du débat sur la nécessité d’implanter le gaz de ville à Autun, il est question de la mort accidentelle d’un « nommé Henri Labonde, de Mesvres, âgé de 19 ans, épileptique de naissance », qui s’est noyé dans un petit ruisseau. Le paragraphe  s’achève sur cette sentence : « On présume que cet individu était ivre ». Immédiatement, nous est rapportée l’anecdote suivante : « Dimanche dernier, vers six heures et demie du soir, une femme, qu’on dit être la nièce du portier du collège, a été renversée par un cheval revenant au galop de la fontaine. Dans sa chute, sa tête a frappé fortement contre le pavé, et plusieurs fragments de son peigne sont entrés dans les chairs, sans produire cependant de graves blessures ». Sans commentaire.