DIGEP in the Press/dans la presse (JSL, 08/06/2015)

Ci-dessous, un article sur notre projet paru dans le Journal de Saône et Loire du 8 juin dernier (tous droits réservés). Un grand merci à Michel GARCIA, journaliste au JSL.

You can find below a short paper on the DIGEP project, published in the Journal de Saône et Loire (08/06/205).

JSL8juin2015

DIGEP in Oxford

A meeting will be organize at the MFO (Oxford) on Thursday 19th of March. This meeting will provide the opportunity to report on the DIGEP Project after a year of cross-approaches researches (Archaeology, History, Geology, Mathematics, and Computer vision science). Click here for more information.

A Multi Fragmented Latin Inscription in the Digital Age, CIL XIII, 2657 (Autun)

Maison Française d’Oxford

Thursday 19th of March

2pm 5pm

DIGEP (Paris and San Francisco)

The members of DIGEP will present the project at the CNRS, Paris, in a conference organised in two weeks (5th of February), and at San Francisco at the SPIE 2015 Conference (8th-12th of February). For more informations,click here and here.

Le projet DIGEP a été retenu pour la journée de restitution des appels à projets HUMAIN 2013 et 2014 de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il sera présenté au siège du CNRS, le jeudi 5 février Amphithéâtre Marie Curie – CNRS 1- rue Michel Ange, 75016, Paris. Le programme complet de la journée ici.

Frédéric Truchetet présentera également DIGEP le mercredi 11 février à la conférence SPIE 2015 (San Francisco, 8-12 février). Pour plus d’informations, cliquer ici.

Some words about our method / Quelques mots sur la méthode

Here are some explanations about how we digitise the edges of the fragments and how we (try to…) match them.

Quelques mots sur le système de numérisation et de recomposition automatique mis en oeuvre depuis un an par l’équipe de l’IUT du Creusot de l’UMR Le2i (Olivier LALIGANT, Ericc FAUVET, Frédéric TRUCHETET, avec l’aide de deux étudiants de M2, Mélanie ALVES et Florian JAMPY).

Le prototype comporte un plateau mécanique qui tourne de manière constante, un laser latéral et une caméra, une caméra zénithale, le tout relié à un ordinateur. Le logiciel utilisé est MATLAB.

 

Sans titre

Le but de notre travail est donc de numériser le puzzle infernal et de tenter de le recomposer automatiquement, car une restitution à vue n’est pas possible pour des raisons à la fois matérielles et méthodologiques. Sur le principe, le travail est simple à expliquer….

  • Pour chaque pièce on obtient des points de numérisation grâce à l’angle de rotation et la hauteur.
  • On transforme en points de coordonnées (x,y,z).
  • On obtient un nuage de points brut représentant la pièce que l’on vient de numériser.1

 

  • En utilisant un filtre numérique on élimine des points erronés.

2

  • Puis on procède à la mise en correspondance par les facettes des pièces…
  • … et au calcul de ces facettes.

 

3

  • On met en correspondance par la minimisation d’une distance les facettes de deux pièces.
  • On mesure la qualité d’assemblage par la valeur de cette distance.

 

4

  • Si validation par l’expert (i.e. l’épigraphiste), on fusionne les nuages de points correspondant à 2 pièces jugées compatibles.

5

  • Et ainsi de suite… Pour le moment, nous avons réussi à reconstituer automatiquement de petits ensembles de fragments déjà connus (voir ci-dessous). La prochaine étape (big challenge!): recomposer à l’échelle des 1200 fragments des ensembles non connus. Peut-être connaîtra-t-on alors la nature des textes qui composent ce dossier épigraphique extraordinaire ?

67

 

A Blog to recommend

A blog to recommend and visit, mentioning our project. Thanks to Johanna Daniel!

Je donne ICI l’adresse d’un blog de Johanna Daniel consacré aux méthodes et aux outils numériques en histoire de l’art (Isidore et Ganesh). Il est très bien fait et, en plus d’avoir parlé du projet dans un billet récent (merci !), on y apprend plein d’informations intéressantes sur plein de sujets relatifs aux « humanités numériques ».

L’enquête continue / The investigation is going on

From Berlin where I am currently working at the CIL achives, a very important note from Charles Boëll discovered in Autun, in the archives of the Société Eduenne.

Depuis Berlin où je travaille sur les archives du Corpus des Inscriptions Latines, l’enquête sur le destin de l’inscription continue. J’en profite pour  donner ici la retranscription d’un document essentiel pour le projet, retrouvé dans les archives de la société éduenne, grâce à la diligence d’André Strasberg. Il s’agit d’une note de Charles Boëll qui concerne la redécouverte des fragments de l’inscription en juillet 1909, certainement dans le contexte tourmenté des inventaires intervenus au lendemain de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Les fragments se trouvaient alors abandonnés, en piteux état, sous un escalier de l’ancien palais épiscopal. On apprend dans ce document les tentatives de remontage du document entreprises par Henri Graillot, ancien membre de l’Ecole française de Rome. Je reviendrai sur cet historien qui a donné son nom à une rue de Toulouse dans un prochain billet.

Archives de la Société Eduenne, série K 14, Charles Boëll, Notes et correspondance, dossier n°13 (14/07/1909).

(feuillet 1, recto)14 juillet 1909,

La Société Eduenne possède depuis très longtemps, sans que rien constate la date ou les circonstances de cette acquisition, les fragments nombreux d’une importante inscription latine sur marbre blanc. M. De Charmasse se rappelle l’avoir vue et en avoir entendu conférer dès 1860 environ ; M. Bulliot savait qu’elle avait été découverte dans le quartier Marchaux, mais sans pouvoir préciser l’endroit exact. La forme et la dimension des lettres (à peu près 0m,025 de hauteur) semblent dater l’inscription du IIe siècle. En raison de la quantité et de l’aspect des fragments, on peut raisonnablement se croire en présence d’un document important, édit impérial ou décret municipal, détruit intentionnellement, c’est-à-dire brisé à coups de marteau et enfoui, à une époque de changement dans la politique intérieure de l’empire. Le dernier essai de reconstitution tenté par notre compatriote et collègue Henri Graillot, ancien élève de l’école française de Rome et chargé du cours d’histoire de l’art à l’université de Toulouse, l’avait seulement assuré à conclure que nous ne possédions qu’une partie des fragments de cette inscription et qu’il resterait impossible de la reconstituer même imparfaitement. Or, (feuillet 1, verso) ces jours derniers, comme je m’occupais avec Valat de relever les plans de l’ancien palais épiscopal où l’on s’apprête à installer le musée de la Société d’histoire naturelle, nous avons découvert, sous le petit escalier de bois conduisant aux combles de la Tour saint Léger, un monceau de plusieurs centaines de petits fragments de marbre, identiques par leur aspect, leur épaisseur, la forme et la dimension des lettres, à ceux déjà déposés à l’hôtel Rolin. Plusieurs morceaux étaient approchés et collés les uns aux autres avec de la colle forte, ce qui indique un travail commencé de restitution et explique leur présence en cet endroit. L’abbé Devoucoux, ancien secrétaire puis président de la Société Eduenne, alors qu’il était vicaire général d’Autun, avait dû faire transporter tous les débris de l’inscription dans les salles des archives de l’évêché, au troisième étage de la Tour saint Léger, pour les étudier à loisir ; lorsqu’il a quitté Autun pour l’évêché d’Evreux, en 1858, on n’aura rendu à la Société Eduenne qu’une partie de ces fragments ; le reste, oublié puis retrouvé plus tard, probablement lors du déménagement des archives et de leur transfert à Mâcon, en 1883, aura été poussé dédaigneusement sous le petit escalier joignant la salle, où nous les (feuillet 2, recto) avons aperçus par hasard. Nous en avons aussitôt rempli nos portefeuilles et, en trois voyages, leur avons ainsi fait rejoindre à l’hôtel Rolin les compagnons dont ils se trouvaient séparés depuis quelques cinquante ans. Souhaitons qu’on refasse d’autres découvertes semblables. Car, aujourd’hui, deux points seulement semblent à peu près acquis, c’est que : 1°. l’inscription a été découverte dès avant le milieu de l’année 1858, puisque l’abbé Devoucoux en avait à cette époque de nombreux fragments entre les mains ; 2°. elle ne peut pas encore actuellement être reconstituée intégralement, puisqu’on ne possède que quelques rares petits morceaux de la bordure qui encadre le texte.

Sur cette inscription et sur le lieu de sa découverte en 1839 puis en 1846, voir : le journal l’Eduen du 17 mars 1839 et du 20 septembre 1846, – la nouvelle édition de l’Histoire de l’antique cité d’Autun par Edme Thomas, p. 134, – Mémoires de la Société Eduenne, tome Ier (année 1872), p. 388. – V. encore l’Eduen du 21 avril 1839.

DIGEP, Musée du quai Branly (07/11/2014)

The members of DIGEP will present the project at the Museum of Quai Branly, Paris, in a conference organised in two weeks (6th and 7th November). For more informations, click here.

Le projet DIGEP sera présenté au Musée du quai Branly à Paris dans le cadre d’une conférence intitulée « Les nouvelles technologies appliquées au patrimoine : perspectives et enjeux » (organisateurs : N. Ginoux, C. Moulherat), qui aura lieu les jeudi et vendredi 6 et 7 novembre 2014. Plus d’informations ici.

En attendant d’en savoir plus, une photographie prise ce jour à Autun, alors que nous travaillions sur l’inscription.

photo