A New Publication and a Conference (ENS-Paris, 25/01/2017, 5-7 pm)

Deux nouvelles du projet après un long silence :

-Le travail de longue haleine réalisé par Fatima BENAMAR et l’équipe du projet, au premier chef E. Fauvet, O.Laligant et F. Truchetet, a abouti à la publication récente d’un article en anglais : “Toward a virtual reconstruction of an antique three-dimensional marble puzzle” in Journal of Electronic Imaging

capture-decran-2017-01-17-a-15-16-39

-J’interviendrai mercredi 25 janvier 2017 dans l’atelier épigraphique animé par François Bérard sur le thème : Epigraphie et archives. CIL XIII, 2657 (Autun) et les archives de Berlin. L’intervention aura lieu à Paris à l’ENS de la rue d’Ulm, salle F, de 17h à 19h. Plus d’informations ici.

Some words about our method / Quelques mots sur la méthode

Here are some explanations about how we digitise the edges of the fragments and how we (try to…) match them.

Quelques mots sur le système de numérisation et de recomposition automatique mis en oeuvre depuis un an par l’équipe de l’IUT du Creusot de l’UMR Le2i (Olivier LALIGANT, Ericc FAUVET, Frédéric TRUCHETET, avec l’aide de deux étudiants de M2, Mélanie ALVES et Florian JAMPY).

Le prototype comporte un plateau mécanique qui tourne de manière constante, un laser latéral et une caméra, une caméra zénithale, le tout relié à un ordinateur. Le logiciel utilisé est MATLAB.

 

Sans titre

Le but de notre travail est donc de numériser le puzzle infernal et de tenter de le recomposer automatiquement, car une restitution à vue n’est pas possible pour des raisons à la fois matérielles et méthodologiques. Sur le principe, le travail est simple à expliquer….

  • Pour chaque pièce on obtient des points de numérisation grâce à l’angle de rotation et la hauteur.
  • On transforme en points de coordonnées (x,y,z).
  • On obtient un nuage de points brut représentant la pièce que l’on vient de numériser.1

 

  • En utilisant un filtre numérique on élimine des points erronés.

2

  • Puis on procède à la mise en correspondance par les facettes des pièces…
  • … et au calcul de ces facettes.

 

3

  • On met en correspondance par la minimisation d’une distance les facettes de deux pièces.
  • On mesure la qualité d’assemblage par la valeur de cette distance.

 

4

  • Si validation par l’expert (i.e. l’épigraphiste), on fusionne les nuages de points correspondant à 2 pièces jugées compatibles.

5

  • Et ainsi de suite… Pour le moment, nous avons réussi à reconstituer automatiquement de petits ensembles de fragments déjà connus (voir ci-dessous). La prochaine étape (big challenge!): recomposer à l’échelle des 1200 fragments des ensembles non connus. Peut-être connaîtra-t-on alors la nature des textes qui composent ce dossier épigraphique extraordinaire ?

67