DIGEP in Oxford

A meeting will be organize at the MFO (Oxford) on Thursday 19th of March. This meeting will provide the opportunity to report on the DIGEP Project after a year of cross-approaches researches (Archaeology, History, Geology, Mathematics, and Computer vision science). Click here for more information.

A Multi Fragmented Latin Inscription in the Digital Age, CIL XIII, 2657 (Autun)

Maison Française d’Oxford

Thursday 19th of March

2pm 5pm

DIGEP (Paris and San Francisco)

The members of DIGEP will present the project at the CNRS, Paris, in a conference organised in two weeks (5th of February), and at San Francisco at the SPIE 2015 Conference (8th-12th of February). For more informations,click here and here.

Le projet DIGEP a été retenu pour la journée de restitution des appels à projets HUMAIN 2013 et 2014 de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il sera présenté au siège du CNRS, le jeudi 5 février Amphithéâtre Marie Curie – CNRS 1- rue Michel Ange, 75016, Paris. Le programme complet de la journée ici.

Frédéric Truchetet présentera également DIGEP le mercredi 11 février à la conférence SPIE 2015 (San Francisco, 8-12 février). Pour plus d’informations, cliquer ici.

Some words about our method / Quelques mots sur la méthode

Here are some explanations about how we digitise the edges of the fragments and how we (try to…) match them.

Quelques mots sur le système de numérisation et de recomposition automatique mis en oeuvre depuis un an par l’équipe de l’IUT du Creusot de l’UMR Le2i (Olivier LALIGANT, Ericc FAUVET, Frédéric TRUCHETET, avec l’aide de deux étudiants de M2, Mélanie ALVES et Florian JAMPY).

Le prototype comporte un plateau mécanique qui tourne de manière constante, un laser latéral et une caméra, une caméra zénithale, le tout relié à un ordinateur. Le logiciel utilisé est MATLAB.

 

Sans titre

Le but de notre travail est donc de numériser le puzzle infernal et de tenter de le recomposer automatiquement, car une restitution à vue n’est pas possible pour des raisons à la fois matérielles et méthodologiques. Sur le principe, le travail est simple à expliquer….

  • Pour chaque pièce on obtient des points de numérisation grâce à l’angle de rotation et la hauteur.
  • On transforme en points de coordonnées (x,y,z).
  • On obtient un nuage de points brut représentant la pièce que l’on vient de numériser.1

 

  • En utilisant un filtre numérique on élimine des points erronés.

2

  • Puis on procède à la mise en correspondance par les facettes des pièces…
  • … et au calcul de ces facettes.

 

3

  • On met en correspondance par la minimisation d’une distance les facettes de deux pièces.
  • On mesure la qualité d’assemblage par la valeur de cette distance.

 

4

  • Si validation par l’expert (i.e. l’épigraphiste), on fusionne les nuages de points correspondant à 2 pièces jugées compatibles.

5

  • Et ainsi de suite… Pour le moment, nous avons réussi à reconstituer automatiquement de petits ensembles de fragments déjà connus (voir ci-dessous). La prochaine étape (big challenge!): recomposer à l’échelle des 1200 fragments des ensembles non connus. Peut-être connaîtra-t-on alors la nature des textes qui composent ce dossier épigraphique extraordinaire ?

67

 

M. Machin, radin / Mr Thing, skinflint

Pour le premier article de la rentrée, une photographie des archives de la Société éduenne, qui nous a été gracieusement transmise par André Strasberg, que nous remercions. Il s’agit d’un extrait du journal l’Eduen (encore…), du 21 avril 1839. Il ne nous apprend pas grand chose sur l’inscription de Marchaux, mais est très révélateur de la vénalité de M.Machin… La photo est de bonne qualité, je vous souhaite bonne lecture. Les édiles d’Autun apprécieront la formule finale….Inscription de Marchaux

Trésors des archives du CIL/ Treasures from CIL Archives

Unpublished drawing of CIL, XIII, 2818, civitas Aeduorum, found in CIL Archives.

Comme annoncé la semaine passée, un exemple d’archive inédite découverte dans le dossier consacré aux Eduens.

Il s’agit d’un dessin sur calque reproduisant une stèle funéraire mise au jour à Chantenay-Saint-Imbert, territoire des Éduens. L’inscription fut publiée dans le CIL, XIII, 2818. Elle est citée accompagnée d’une autre gravure (fautive) dans la Carte Archéologique de la Gaule: 58 (département de la Nièvre), p. 99.

IMG_2111