Le projet en deux mots, pour préciser le précédent billet… / A longer short presentation…

Le projet DIGEP repose sur la collaboration de trois UMR parisiennes et bourguignonnes (ANHIMA, Le2i, ARTEHIS) et mobilise des historiens, archéologues, géologues, mathématiciens et spécialistes en sciences de l’information. L’objectif premier est de déchiffrer un dossier d’inscriptions en latin composé de 1200 fragments. Mis au jour à Autun entre 1839 et 1846, conservé au Musée Rollin mais demeuré inédit, ce document formé de plaques de marbre provenant de Grèce a été inventorié en 2012. Les obstacles à sa compréhension sont nombreux : éclatement du texte ; absence de ponctuation ; manipulation des fragments. Le projet, qui s’appuie sur un travail de numérisation et de traitement de l’information, comporte deux volets complémentaires destinés à remonter ce « puzzle infernal ». Le premier vise à rassembler dans une base de données toutes les informations concrètes (matériau, forme des lettres, traces de peinture etc.) qui peuvent être tirées de l’analyse minutieuse des fragments. Le second concerne le remontage du document. Il n’est réalisable que par le biais d’un outil d’assemblage et de présentation des fragments, mixant automatisation et interactivité en fonction de requêtes et de critères. La numérisation 3D exhaustive de tous les fragments, a priori séduisante, a été exclue car trop coûteuse à la fois en temps d’acquisition, de modélisation et d’exploitation pour un fonctionnement en temps réel. Il a été préféré une approche de compromis par une acquisition 2D des faces avec une acquisition 3D de la tranche. Dans ce dispositif, les probabilités d’assemblage des fragments s’appuient sur la documentation expert de la première base de données, sur des mesures de distances spécifiques 2D (détails sémantiques) et 3D (géométrie des tranches), et enfin sur l’expertise des spécialistes.

Le projet DIGEP, en phase exploratoire, a vocation à valider les prémices de cet outil logiciel innovant, susceptible d’être réutilisé pour d’autres cas d’étude ou applications.

DigEp

 

Le projet DigEp, fondé sur la collaboration de trois UMR parisiennes et bourguignonnes (ANHIMA, ARTEHIS, LE2I), vise à mobiliser des compétences en histoire, archéologie, géologie et sciences de l’information pour déchiffrer une inscription latine. Mis au jour à Autun vers 1840 mais demeuré inédit, ce document formé à l’origine de plaques de marbre comporte 1200 fragments inventoriés en 2012. L’équipe multidisciplinaire travaille depuis 2013 (projet labellisé CNRS, PEPS HuMaIn) selon deux volets complémentaires, indissociables. Le premier volet de recherche vise à collecter toutes les données qu’un historien, un archéologue ou un géologue peuvent tirer de l’analyse de chaque fragment (matériau, taille, etc.). Le second volet concerne le «remontage» par assemblage virtuel avec un outil automatique et interactif, exploitant la base, les informations tirées des fragments numérisés et les avis des experts.