Devoucoux, c. 1869-1870 ? (2)

Another picture of Devoucoux, now at the Musée d’Orsay (Paris).

Une nouvelle photographie ancienne de Devoucoux, prise par un célèbre photographe parisien, André-Adolphe-Eugène Disdéri, dans les années 1860. Elle fait partie d’un fonds d’archives conservé au Musée d’Orsay.

Enfin, le discours prononcé en 1871 à la Société éduenne en mémoire de Devoucoux. Le texte, publié dans les Mémoires de la Société Eduenne, rappelle sa carrière et son oeuvre intellectuelle.

Devoucoux, c. 1869-1870 ?

Une photo de Devoucoux, fondateur de la Société éduenne avec Bulliot, vicaire d’Autun, évêque d’Evreux à partir de 1858, achetée sur ebay par hasard… Il est l’un des premiers à s’intéresser à l’inscription.

La photo, prise à Rome par un photographe dont le studio était installé via del Babuino, date peut-être de la fin de l’année 1869. Devoucoux était alors porte-parole de l’Eglise gallicane lors du concile Vatican I. Malade, il mourut quelques semaines plus tard, le 2 mai 1870.

IMG_2156

Qui a étudié l’inscription? / Who worked on the inscription ? (1)

Here is a list of people involved in the study of the inscription.

D’après l’enquête en cours conduite dans les archives, voici la liste des personnalités ayant vu et/ou étudié l’inscription au XIXe siècle:

-Jean-Sébastien Devoucoux (1804-1870)

-Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902)

-Anatole de Charmasse (1835-1931)

-Joseph Déchelette (1862-1914)

-Henri Graillot (1868-1949)

-Charles Boëll (1877-1940)

En attendant plus de précisions, je mettrai prochainement en ligne une photo inédite (achetée sur ebay!) de l’abbé Devoucoux, qui bénéficie d’une notice sur wikipedia qui vaut ce qu’elle vaut.

 

Trésors des archives du CIL/ Treasures from CIL Archives

Unpublished drawing of CIL, XIII, 2818, civitas Aeduorum, found in CIL Archives.

Comme annoncé la semaine passée, un exemple d’archive inédite découverte dans le dossier consacré aux Eduens.

Il s’agit d’un dessin sur calque reproduisant une stèle funéraire mise au jour à Chantenay-Saint-Imbert, territoire des Éduens. L’inscription fut publiée dans le CIL, XIII, 2818. Elle est citée accompagnée d’une autre gravure (fautive) dans la Carte Archéologique de la Gaule: 58 (département de la Nièvre), p. 99.

IMG_2111

22/23 Jäggerstrasse, Berlin

Berlin is a great place for epigraphists !

Une visite très fructueuse aux archives du CIL de Berlin, ce jour.

Quelques photographies avant de mettre en ligne des documents très éclairants sur l’inscription. L’entrée du bâtiment, 22/23 Jäggerstrasse. Les rayonnages des sous-sols et, et, et… la boîte du CIL XIII consacrée à Autun.

Un grand merci à Camilla Campedelli et à Marcus Dohnicht pour leur accueil !

IMG_2129 IMG_2028 IMG_2029

Nouvelles d’Autun, mars 1839 / News from Autun, march 1839

News associated to the informations concerning the inscription in l’Eduen (1839/03/17). Dead bodies, drunk people and car crashes...

Pour la curiosité, les faits divers du 17 mars 1839 rapportés avec une minutie étonnante par le journaliste du journal l’Eduen, dans les paragraphes qui suivent la relation de la découverte de l’inscription. Extraits choisis :

Après l’évocation du débat sur la nécessité d’implanter le gaz de ville à Autun, il est question de la mort accidentelle d’un « nommé Henri Labonde, de Mesvres, âgé de 19 ans, épileptique de naissance », qui s’est noyé dans un petit ruisseau. Le paragraphe  s’achève sur cette sentence : « On présume que cet individu était ivre ». Immédiatement, nous est rapportée l’anecdote suivante : « Dimanche dernier, vers six heures et demie du soir, une femme, qu’on dit être la nièce du portier du collège, a été renversée par un cheval revenant au galop de la fontaine. Dans sa chute, sa tête a frappé fortement contre le pavé, et plusieurs fragments de son peigne sont entrés dans les chairs, sans produire cependant de graves blessures ». Sans commentaire.

Du texte latin à l’auberge de Monsieur Machin / A roman inscription at Mr Thing’s Inn

Three pages of the local newspaper l’Eduen (1839/03/17 and 1846/09/20), relating the discovery of the fragments, in the category News, Crime & Society. The inscription was found in Mr Thing’s Inn (« l’auberge de M. Machin » in french), in the medieval district of Autun.

Les fragments, vus par des savants durant près de deux siècles, mais demeurés inédits pour la majorité d’entre eux, ont été découverts en deux temps, en 1839 puis en 1846, dans le quartier médiéval d’Autun appelé Marchaux.

En 1839, des ouvriers creusant une cave dans le sol d’une auberge appartenant à M. Edmé Machin (marié à Philiberte et père de 9 enfants)  mirent au jour fortuitement des fragments de marbre en grande quantité, attirant ainsi l’attention des membres de la Société éduenne qui intervinrent sur le champs et prélevèrent tout ce qu’ils purent alors. De nouveaux travaux intervenus sept ans plus tard dans l’arrière-cour permirent de trouver de nouvelles pièces.

Tous ces faits sont minutieusement rapportés dans le journal L’Eduen daté du 17 mars 1839 et du 20 septembre 1846, entre faits divers intervenus dans les campagnes du Morvan et encadrés sur les prix du blé. En voici des images :

Eduen1Eduen2Eduen3

Grâce aux registres du XIXe siècle, l’archiviste municipal de la ville d’Autun, Thierry Buisson, a pu localiser avec précision l’auberge de Monsieur Machin, sise 17 Grande rue Marchaux.

 

L’inscription CIL XIII, 2657

A short presentation of the inscription’s notice in CIL, XIII with pictures of it and of the original archive now preserved in Berlin.

Le projet porte sur un dossier de 1200 fragments inscrits de marbre du mont Pentélique (près d’Athènes en Grèce), dont quelques uns seulement ont été publiés dans le Corpus Inscriptionum Latinarum à la fin du XIXe siècle.

Voici la notice du CIL concernant l’inscription, telle qu’elle apparaît dans le volume XIII consacré aux Trois Gaules et aux Germanies dirigé par le grand épigraphiste Otto Hirschfeld :

NoticeCIL

Et voici le brouillon de la notice de l’inscription conservé dans les archives du CIL à Berlin. La photographie de l’archive a été prise par Camilla Campedelli (Wissenschaftliche Mitarbeiterin an der Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften) :

NoticeArchive

Le projet en deux mots, pour préciser le précédent billet… / A longer short presentation…

Le projet DIGEP repose sur la collaboration de trois UMR parisiennes et bourguignonnes (ANHIMA, Le2i, ARTEHIS) et mobilise des historiens, archéologues, géologues, mathématiciens et spécialistes en sciences de l’information. L’objectif premier est de déchiffrer un dossier d’inscriptions en latin composé de 1200 fragments. Mis au jour à Autun entre 1839 et 1846, conservé au Musée Rollin mais demeuré inédit, ce document formé de plaques de marbre provenant de Grèce a été inventorié en 2012. Les obstacles à sa compréhension sont nombreux : éclatement du texte ; absence de ponctuation ; manipulation des fragments. Le projet, qui s’appuie sur un travail de numérisation et de traitement de l’information, comporte deux volets complémentaires destinés à remonter ce « puzzle infernal ». Le premier vise à rassembler dans une base de données toutes les informations concrètes (matériau, forme des lettres, traces de peinture etc.) qui peuvent être tirées de l’analyse minutieuse des fragments. Le second concerne le remontage du document. Il n’est réalisable que par le biais d’un outil d’assemblage et de présentation des fragments, mixant automatisation et interactivité en fonction de requêtes et de critères. La numérisation 3D exhaustive de tous les fragments, a priori séduisante, a été exclue car trop coûteuse à la fois en temps d’acquisition, de modélisation et d’exploitation pour un fonctionnement en temps réel. Il a été préféré une approche de compromis par une acquisition 2D des faces avec une acquisition 3D de la tranche. Dans ce dispositif, les probabilités d’assemblage des fragments s’appuient sur la documentation expert de la première base de données, sur des mesures de distances spécifiques 2D (détails sémantiques) et 3D (géométrie des tranches), et enfin sur l’expertise des spécialistes.

Le projet DIGEP, en phase exploratoire, a vocation à valider les prémices de cet outil logiciel innovant, susceptible d’être réutilisé pour d’autres cas d’étude ou applications.

DigEp

 

Le projet DigEp, fondé sur la collaboration de trois UMR parisiennes et bourguignonnes (ANHIMA, ARTEHIS, LE2I), vise à mobiliser des compétences en histoire, archéologie, géologie et sciences de l’information pour déchiffrer une inscription latine. Mis au jour à Autun vers 1840 mais demeuré inédit, ce document formé à l’origine de plaques de marbre comporte 1200 fragments inventoriés en 2012. L’équipe multidisciplinaire travaille depuis 2013 (projet labellisé CNRS, PEPS HuMaIn) selon deux volets complémentaires, indissociables. Le premier volet de recherche vise à collecter toutes les données qu’un historien, un archéologue ou un géologue peuvent tirer de l’analyse de chaque fragment (matériau, taille, etc.). Le second volet concerne le «remontage» par assemblage virtuel avec un outil automatique et interactif, exploitant la base, les informations tirées des fragments numérisés et les avis des experts.